Culte de Noël
16 décembre 2007

Culte de Noël

Prédicateur:
Passage: Jean 8:12
Thèmes :

Jésus dit : -Je suis la lumière du monde. Celui qui me suit ne marchera pas dans les ténèbres : il aura la lumière de la vie. Jean 8.12

Introduction

Adrien éteint toutes les lumières

J’ai ici une lumière (Je montre ma montre, j’appuie sur le bouton « light »). Vous y voyez quelque chose ? Mon non plus, c’est toujours comme ça avec les montres. Tenez, mais il y a mieux. J’ai la lampe d’Adrien qui est accrochée pour servir en cas de panne de courant. C’est mieux déjà. Mais elle ne porte pas très loin, le faisceau est étroit, il n’éclaire pas toute la salle.

Adrien allume tout, tout :

Ah, c’est mieux. Voilà enfin une lumière qui éclaire tout le monde.

Jésus a dit : -Je suis la lumière du monde. Celui qui me suit ne marchera pas dans les ténèbres : il aura la lumière de la vie (Jean 8.12). Jésus n’est pas comme une petite lumière de montre, même pas comme une lampe de poche. Il est la lumière du monde.

Quel genre d’homme peut dire des choses pareilles ? Personne de nos amis ne le dirait. Personne dans le monde politique. Le chef d’une secte bizarroïde ? Peut-être. Un dictateur comme Kim Song Il ? Peut-être. Un personnage de bande dessinée ? Un fou ? Sans doute. Je suis la lumière du monde. Vous ne trouvez pas que c’est exagéré ?

Certains contemporains de Jésus trouvaient que c’était très, très exagéré. Ils pensaient que Jésus se faisait l’égal de Dieu. Ils voulaient le tuer pour avoir insulté Dieu. Et à côté d’eux, d’autres commençaient à croire que ce n’était pas exagéré du tout. Jésus a vécu tout à fait normalement, pas comme un fou. Il a vécu dans la pauvreté, pas comme un dictateur ou un gourou. Il a dit la vérité sur quantité de sujets. Il a guéri des gens pour qui la médecine ne pouvait plus rien faire. Et au lieu de s’entourer de mystères et de se cacher, il a vécu trois ans avec douze hommes qui ont pu regarder sa vie à la loupe. Au loin, les gens se moquaient. Mais tout près, les gens le croyaient, l’admiraient. Ils le reconnaissaient comme la lumière du monde.

Les gourous meurent. Le fous et les dictateurs aussi. Qui se souvient aujourd’hui du Christ de Montfavet, un certain Georges Roux qui habitait près d’Avignon ? Qui se souvient du Messie cosmoplanétaire de Castellane ? Combien de Chinois, aujourd’hui, suivent réellement les doctrines de Mao Tse-Tung ? La mort a emporté tous les gourous. La mort les a discrédités tous.

La mort a emporté Jésus-Christ aussi. La mort a discrédité Jésus-Christ aussi. Les ténèbres l’ont englouti ; le tombeau s’est refermé sur lui. Mais cela n’a duré que trois jours. Le troisième jour, les premiers rayons de l’aube ont éclairé la pierre d’un tombeau vide.

Je suis la lumière du monde, dit-il. Il l’a prouvé par sa vie, par sa mort, par sa résurrection.

Oui, mais qu’est-ce que nous allons en faire, de cette lumière ?

Vous n’avez jamais été dans l’un de ces vieilles cuisines pas très propres où il y a des cafards ? Ils sortent la nuit, on les voit grouiller par terre, ils cherchent la graisse qui s’est déposée sur le murs, sur la cuisinière, autour de l’évier… Vous descendez dans la nuit et vous allumez la lumière. Les cafards, ils font quoi ? Ils fuient, ils se cachent ! Ils ne supportent pas la lumière.

Jésus invite les gens à venir à lui. Mais tout le monde n’a pas envie de venir. Beaucoup de gens ont plutôt envie de fuir. De fuir franchement, comme les cafards dans une vieille cuisine. Ou de fuir hypocritement, en lui disant oui et en faisant le contraire.

Je suis la lumière du monde, dit Jésus. Celui qui me suit ne marchera pas dans les ténèbres. Il nous invite donc à un style de vie où nous n’avons besoin de rien cacher, où nous n’avons honte de rien, où nous cultivons l’amour de la vérité, où nos actes supportent d’être regardés à la lumière. C’est une vie bonne et belle. J’ai envie de venir à la lumière de Jésus, j’ai envie de marcher dans sa lumière.

Je suis la lumière du monde, dit Jésus. Celui qui me suit ne marchera pas dans les ténèbres : il aura la lumière de la vie.

La lumière de la vie, c’est plus encore qu’une vie claire et saine. Ce n’est pas seulement la lumière qui permet de vivre d’une façon juste, en connaissance de cause. C’est la lumière qui délivre de la mort.

Repens-toi donc de tes ténèbres. Arrête de te cacher. Cesse de jouer les hypocrites. Accepte que le Christ t’éclaire. Viens à lui. Détourne-toi de la mort pour recevoir la vie. Fais-le vite. Fais-le aujourd’hui. Fais-le avant que les ténèbres ne prennent le dessus. Fais-le maintenant.

Jésus dit : -Je suis la lumière du monde. Celui qui me suit ne marchera pas dans les ténèbres : il aura la lumière de la vie.

Prière